CULTURE : Les sports
Israel Ministry of Foreign Affairs
*

 CULTURE : Les sports

4/1/2008

 
Avec l'autorisation du Comité olympique d'Israël

En dépit du chiffre réduit de la population israélienne, les athlètes israéliens sont parvenus à acquérir une renommée internationale, comme ce fut récemment le cas de la championne de tennis Shahar Peer ou du footballeur Yossi Benayoun. Les équipes nationales de basket ont obtenu de remarquables succès en Israël et à l'étranger, en particulier celle du Maccabi Tel-Aviv qui s'est avérée l'une des plus performantes d'Europe au cours de la dernière décennie.

Au niveau amateur, le sport a toujours occupé une place de choix dans les loisirs de centaines de milliers d'Israéliens. Avec des kilomètres de littoral, il n'est pas étonnant que quasiment la moitié de la population israélienne s'adonne régulièrement à la natation. Les longs mois de saison chaude encouragent les Israéliens à pratiquer des sports de plein air, et l'esprit de compétition encouragé chez les jeunes les induisent à prendre part dès leur plus jeune âge à toute sorte d'activités sportives.

Avec l'autorisation du Comité olympique d'Israël

Basket-ball et football

La popularité du foot côtoie celle du basket en Israël. Les matchs disputés par des équipes professionnelles, et notamment ceux disputés par les 12 équipes de la ligue des champions sont diffusés par les médias et attirent jusqu'à 20 000 spectateurs par match. Après plusieurs années  en tête de liste des compétitions au cours desquelles le Maccabi Haïfa a remporté des succès inégalés, c'est le Betar Jérusalem qui a remporté en mai 2007 et pour la première fois en neuf ans, la coupe de la ligue nationale de foot.

Les clubs israéliens continuent de se surpasser lors des compétitions européennes, c'est en particulier le cas du Maccabi-Haïfa et du Hapoel-Tel-Aviv, ce dernier ayant atteint en 2002 les quarts de finale de la Coupe de l'UEFA, en l'emportant sur la prestigieuse équipe anglaise de Chelsea, tandis que le Maccabi battait en 2003 le Manchester United.

L'équipe nationale de football s'est récemment surpassée en parvenant à un ex-aequo aux qualifications de mars 2007au championnat d'Europe de 2008, après avoir obtenu une qualification aux préliminaires de la Coupe du monde de 2006. Les footballeurs israéliens ont gagné en réputation dans le monde entier : trois d'entre eux ont été intégrés dans de prestigieux clubs anglais. En 2007, le capitaine Yossi Benayoun est ainsi passé au Liverpool Football Club, et le défenseur Tal Ben-Haïm à Chelsea.

En basket, les joueurs du Maccabi-Tel-Aviv, véritables idoles en Israël, ont remporté les championnats de la Ligue nationale 36 fois en 37 ans. La principale rivale de cette équipe est le Hapoel-Jérusalem battu en prolongation en 2006 et 2007 par le Maccabi. Cette dernière équipe a joué de malchance en 2007 aux Final Four de l'Euroligue pour la première fois en quatre ans, après avoir atteint la finale en 2006 et remporté le championnat en 2004 et 2005.

Le Hapoel-Jérusalem a également remporté des succès lors de compétitions européennes, notamment en 2005 à la coupe de l'ULEB. L'équipe nationale de basket s'est affirmée au niveau international et, en août 2007, s'est une fois de plus qualifiée au championnat bisannuel EuroBasket, compétition à laquelle il participe depuis 1993.

Le basket féminin d'Israël recense deux équipes phares : Elitzur de Ramleh et Anda de Ramat-Hasharon qui se disputent régulièrement la première place en ligue nationale, ainsi que dans des matchs  contre des équipes européennes. Shay Doron s'est tout particulièrement distinguée en devenant la première Israélienne à jouer dans une équipe professionnelle américaine en 2007, la New York Liberty, lors du championnat WNBA (Women National National Association).​


Tennis


Ces dernières années, les tennismen israéliens sont devenus incontournables lors des grands tournois internationaux. La jeune Shahar Peer a été promue en 2006 au rang des vingt meilleures joueuses mondiales et a fait la preuve de ses compétences lors des tournois internationaux  du WTA (Women Tennis Association). Les doubles messieurs Andy Ram et Yoni Erlich se sont également imposés au cours des deux dernières années parmi les dix meilleures paires de joueurs au monde, et se sont qualifiés au cours du dernier tournoi de la Master's Cup. Andy Ram s'est surpassé au cours des tournois mixtes en remportant à deux reprises le Grand Chelem à Wimbledon en 2006 contre la Russe Vera Zvonerava et en 2007 à l'Open de France contre la française Nathalie Dechy.

Si aucun joueur masculin de tennis n'entre dans la liste prestigieuse des 100 meilleurs tennismen mondiaux, l'équipe nationale de la Coupe Davis s'est toutefois distinguée en atteignant le World Group en septembre 2007 pour la première fois en 13 ans, et a remporté une victoire spectaculaire sur le Chili face à un public de 5000 fans au Centre de tennis de Ramat-Hasharon.



Le Premier ministre israélien Ehud Olmert recevant Shahar Peer à la présidence du Conseil de Jérusalem (Photo : Office de presse du gouvernement/A. Ohayon)


L'Institut Wingate

Situé dans un beau campus près de la ville côtière de Natanya, l'Institut Wingate d'éducation physique joue un rôle essentiel dans la promotion des sports en Israël. Il abrite une école pour jeunes élèves particulièrement doués en sports, une section de médecine appliquée aux sports - une première mondiale qui se spécialise, entre autres, dans les méthodes de traitement des blessures provoquées par des activités sportives - ainsi qu'un Conseil pour l'excellence dans les sports qui attribue des bourses d'études permettant à de jeunes sportifs particulièrement doués de s'entraîner à temps plein (ce fut le cas de Shahar Peer, Andy Ram et Yoni Erlich). 

La Direction des sports du ministère des Sciences, de la Culture et des Sports parraine les entraînements à l'Institut Wingate des instructeurs et des coaches,  supervise toutes les activités sportives du pays, coordonne et encourage les activités des diverses fédérations et organisations sportives.


Avec l'autorisation du Comité olympique d'Israël

La jeunesse et les sports

Les sports ne sont évidemment pas réservés aux plus doués. L'éducation physique et sportive n'a cessé de se développer en Israël depuis les premières années de l'Indépendance, encourageant les jeunes dès leur plus jeune âge à des activités sportives de mise en forme et à l'esprit de compétition. Des centaines de milliers de jeunes prennent part régulièrement à des activités allant du foot et du basket au canoé, à la voile et à la varappe. 

Plusieurs organisations sportives gèrent un réseau de clubs répartis dans le pays et affiliés aux grandes équipes nationales. Le plus connu est le Maccabi (établi en 1912), suivi par Hapoel (1923), Betar (1924), Elitzur (1939) et par l' “Academic sports Association” (1953). Les écoles et les centres communautaires organisent également des matchs de basket et de foot dont les finales sont retransmises sur la chaîne nationale de télévision.


Sports et loisirs

Les Israéliens sont sportifs, ils consacrent leurs fins de semaine à jouer au basket sur des terrains aménagés en plein air dans des parcs, à courir dans les rues de leur ville ou à jouer au foot. Les plages sont très fréquentées. Israël détient le record mondial de plongeurs en scuba : quelque 50 000 personnes attirées par les fonds sous-marins du golfe d'Eilat. La planche à voile, le ski nautique, ainsi qu'un jeu local de raquettes pratiqué sur le sable sont très populaires.

Des triathlons et marathons organisés chaque année, notamment autour du lac de Tibériade, attirent des milliers d'amateurs de course à pied. Le cyclisme est également fort populaire, comme l'est le golf à Césarée (en cours de réaménagement). En hiver, le mont Hermon enneigé attire de nombreux skieurs. Parmi les autres sports populaires en Israël citons le ping-pong, la boxe, la lutte, l'haltérophilie, le judo, le karaté, ainsi qu'un sport de combat, ou “Krav Maga” mis au point par l'armée. Parmi les équipes professionnelles les plus populaires, celles de volley et de handball. 


Olympiades et Maccabiades

Israël s'énorgueillit de ses succès aux Jeux Olympiques sans avoir remporté de médaille d'or jusqu'en 2004. C'est le véliplanchiste Gal Fridman qui a remporté la première médaille d'or aux Jeux d'Athènes de 2004. Le judoka Arik Zeevi a cette même année remporté une médaille de bronze. Aux J.O. de Barcelone (1992), Yaël Arad et Oren Smadja ont respectivement obtenu une médaille d'argent et de bronze ; le kayakiste Michaël Kalganov une médaille de bronze aux J.O. de Sydney (2000). Le perchiste Alex Averbuch, s'il n'est pas parvenu à remporter une médaille aux J.O., a toutefois mérité ses médailles d'argent et de bronze aux Championnats mondiaux d'athlétisme de 1999 et 2001, puis une médaille d'or aux Championnats européens d'athlétisme. A la voile, Udi Gal et Gidi Kliger ont disputé la course dans la catégorie des voiliers “470” aux J.O. de Pékin après avoir remporté une médaille de bronze au Championnat mondial de voile de 2007.

Tous les quatre ans, Israël accueille sa version locale des J.O., les Maccabiades qui, depuis 1932, attirent des athlètes juifs de tous les pays du monde. Les Maccabiades sont l'une des sept compétitions internationales reconnues par le Comité olympique international. Les participants disputent des compétitions de football, basket-ball, tennis de table et netball, après avoir pris part à une émouvane cérémonie d'ouverture au Stade national de Ramat-Gan. De grands athlètes juifs ont participé aux Maccabiades avant de devenir des champions olympiques, c'est le cas de Mark Spitz qui remporta sept médailles d'or de natation aux Olympiades de 1972 ou de Lenny Krayzelburg, nageur aux J.O. d'Athènes en 2004.​

         
 Yael Arad et Michael Kalganov
 Photos avec l'autorisation du Comité olympique d'Israël

Derniers arrivés

En premier lieu le baseball, tout nouveau sport professionnel en Israël. La ligue israélienne de baseball qui a débuté en juin 2007, dont les six équipes jouant sur trois terrains recensent quelque 120 équipiers en majorité d'origine étrangère outre quelques Israéliens, a participé à deux mois de compétitions qui ont attiré des foules au kibbouts Gezer, au parc Hayarkon de Petah-Tikva et au Sportek de Tel-Aviv. Le match inaugural entre l'équipe “Miracle” de Modi'in et les “Pionneers” de Petah-Tikva a été suivi par plus de 3000 spectateurs et retransmis à la télévision. Plus de 2000 spectateurs ont assisté au match de l'équipe “Blue Sox” de Beit Shemesh dirigée par Ron Blomberg, qui a battu Modi'in en prolongation de la finale et remporté la première coupe de la ligue israélienne de baseball.

Les immigrants anglophones ont introduit plusieurs autres sports, dont le softball, le cricket et le football américain. Sur la pression d'immigrants originaires d'Inde, Israël est désormais membre de l'Association internationale de cricket. Les immigrants sud-africains ont pour leur part introduit le rugby et le hockey sur gazon, ce dernier représenté par une équipe considérée comme l'une des meilleures au monde. L'équipe de football américain recense des dizaines de joueurs qui disputent chaque saison le “Holy Land Bowl”.


Les sports pour handicapés

Les sportifs handicapés d'Israël ont remporté de nombreuses médailles aux Jeux Paralympiques, notamment en 2004 à Athènes où les 24 sportifs de la délégation israélienne ont pris part à des compétitions de cyclisme, équitation, natation, tir, voile, tir à l'arc, athlétisme, ping-pong et tennis en fauteuil roulant. En voile, la médaille d'or de la compétition “Sonar” est allée à trois co-équipiers ; les nageurs israéliens ont remporté une médaille d'or, quatre médailles d'argent et trois de bronze. La plus célèbre des nageuses israéliennes aux Jeux paralympiques est Keren Leibowitz qui a remporté trois médailles d'or à Sydney, trois championnats du monde et cinq championnats d'Europe.

L'Association sportive israélienne pour handicapés organise une vaste gamme d'activités sportives adaptées aux handicapés : basket, tennis, volley, badminton, ping-pong, tir, équitation, tir à l'arc, natation et voile. Les clubs sportifs des “Beit Halochem” (centres de rééducation des blessés de guerre) et l'association Ilan (pour handicapés physiques) proposent également de nombreuses activités sportives.




Photo: M. Freidin
Press for print versionPrint version
  
Send To Friend
  
  
  
  
  
Share